Association A.A.D Aide à une Activité Durable

spacerAu SENEGAL


Accueil

Historique

Carnet de Route

Les Réalisations

Les Rendez-vous

Nos Projets

Ecole Palmarin

Les Photos

Nos Partenaires

Les Dons

Contact

logo CARNET de ROUTE - 14ème Voyage - 17 Mai 2013 - 17 Juillet 2013

dispensaire 20dispensaire 21

Les premiers jumeaux du dispensaire "Jo" nés le 1 juillet 2013

---oooOooo---

Quatorzième voyage pour lequel j'attache une importance toute particulière.
En effet, je suis de retour au Sénégal depuis le 17 mai avec deux objectifs ; celui de poursuivre l'aide que j'apporte quotidiennement à la gestion du dispensaire et de l'ISEM et celui de commencer les travaux du complexe sanitaire.
Pour le premier objectif, je ne rencontre pas trop de problèmes même si la vigilance est de rigueur pour maintenir le cap à l'ISEM. Dans les faits, l'année est difficile à boucler en termes de budget avec l'effectif trop limité de cinquante élèves. Heureusement que le dispensaire qui a pris maintenant son essor, aide à maintenir l'ISEM hors du dépôt de bilan. C'est pourquoi avec Abdou nous nous efforçons à trouver des solutions pour la prochaine rentrée.
L'Etat comme à son habitude n'apporte aucun soutien, bien au contraire … des pistes ont germé dans nos têtes : parrainage ou encore prime pour les élèves qui emmèneraient une inscription supplémentaire à la rentrée etc…, autre piste, nous nous rendrons à Dakar pour rencontrer un établissement bancaire africain qui a crée une fondation ; peut-être pourrait-il nous épauler dans cette démarche mais je n'y crois guère…, car je sais qu'il n'y a rien sans rien ... à plus forte raison avec les banques.
Concernant le projet du complexe de Gouye Mouride, je reste à ce jour convaincu, qu'il peut se réaliser même si rien n'est signé avec le bailleur de fonds. Suite au dernier contact de la semaine dernière, nous devrions être fixés d'ici quelques semaines. C'est pourquoi je souhaite démontrer aux autorités municipales et aux populations que nous sommes toujours opérationnels. Certes les travaux que j'ai engagés se limitent à la construction d'un puits et d'une case de gardiennage. Pour le puits j'ai fait venir un sourcier qui m'a indiqué un emplacement susceptible de trouver de l'eau. Nous avons commencé les travaux, mais à ce jour nous tombons sur une couche en pierre calcaire, fort épaisse et très dure. Le travail se fait au burin et au marteau et demande beaucoup d'efforts. Quinze jours déjà que nous avons débuté et deux mètres en profondeur sont à peine creusés.
L'hivernage approche, c'est la saison des fortes pluies favorables aux semis de mil ou d'arachide mais peu propices aux travaux de maçonnerie. Pour cette raison j'attendrai fin septembre pour construire la case du gardien ; j'ai signé le contrat de construction avec l'association " les Mains Ouvertes " qui forme des jeunes dans un centre d'apprentissage à Warang, cité proche de Mbour. Encadré par des moniteurs (français) ce chantier sera pour certains d'entre eux nouvellement sortis de cette école, une première expérience. J'ai souhaité également, pour la main d'œuvre non qualifiée, prendre des personnes du quartier au chômage ; c'est cependant difficile de faire plaisir à tous, et je dois rester prudent pour ne pas créer des jaloux…
L'assemblée générale 2013 de l'AAD est fixée au 14 septembre, je profite pour vous annoncer que nous nous efforçons de faire venir comme les années précédente, Abdoulaye Yade , mais aussi Alphonse Diouf que j'aurai le plaisir, je l'espère, de vous présenter à cette occasion. Alphonse est diplômé de l'école et a été engagé à la direction des Etudes de l'ISEM tout en assurant des tours de gardes au Dispensaire. Sérieux et compétant, j'ai souhaité qu'il fasse un stage de perfectionnement en France. En faisant ce geste je pense à l'avenir…du futur complexe…
Mais, quelle galère pour obtenir son visa (s'il l'obtient car rien n'est gagné aujourd'hui). Hélène se bat comme un diable pour obtenir la convention entre l'AAD et l'Hôpital d'Avignon, qui doit être signée par la préfecture. Tout comme le certificat d'accueil, signé par la mairie avec en prime l'achat d'un timbre fiscal de 30€, sans parler de tout le reste qu'il faut présenter mais qui serait trop long d'énumérer. Le parcours du combattant n'est rien à côté de ses démarches autant épuisantes que coûteuses… L'administration française de l'ambassade du Sénégal applique des mesures draconiennes et au temps de l'informatique il est plus difficile à présent de convaincre qu'au temps de la plume d'oie…sans parler des obstacles de tous ordres…
Je comprends un petit peu mieux à présent l'Etat sénégalais, même si à mon avis, il a tort d'appliquer la réciprocité pour les étrangers qui désirent se rendre au Sénégal. Déjà que le tourisme ici n'est pas folichon actuellement, je ne pense pas qu'il se développe dans ces conditions. Dés le premier juillet, il faudra se rendre au Consulat en France pour déposer la demande de visa et y retourner pour la retirer ; coût de l'opération, en plus du billet (un des plus taxé au monde) 60 € sans parler des déplacements au Consulat en France… si comme cela risque d'être le cas, je dois me rendre aussi fréquemment que par le passé au Sénégal, je pense demander une carte de résident, certes de 150€ environ, mais plus avantageuse par la suite puisque valable cinq ans…
Peut-être d'ici mon retour prévu le 17 juillet aurai-je d'autres nouvelles …bonnes… je l'espère à y ajouter…

retour vers le haut

.

Association loi 1901 - Siège social : 8 Rue Jean Catelas 84000 AVIGNON - FRANCE - N° d'agrément du JO 20070022
Tél : 04 90 87 02 65 - 06 81 36 27 72 - 00221 77 240 68 68 (Sénégal) Contact : aad84@neuf.fr

Partager